Le GADHOP salue la visite d’espoir par Mme Annie Bunting de l’Université York/Canada pour renforcer le combat contre les violences sexuelles

Visite de Mme Annie Bunting au GADHOP
Share

Mme Professeure Annie Bunting, comme beaucoup d’acteurs mondiaux engagés dans la défense des droits humains a été fascinée par le travail que mène le GADHOP depuis plusieurs années dans la promotion et la défense  des droits humains ainsi que la lutte contre les violences sexuelles.

Cette visite intervenue le 22 février 2016 a été facilitée par la SOFEPADI, une des organisations membres du réseau GADHOP, une visite saluée par Monsieur Jérémie KASEREKA Kitakya, Secrétaire Permanent ai du réseau GADHOP. Ce dernier a noté que malgré les contraintes contextuelles, le GADHOP est toujours déterminé à lutter contre les violations des droits humains notamment les violences sexuelles sur toute l’étendue de son rayon d’action au Nord Kivu et en Province de l’Ituri. Au Secrétariat permanent du réseau GADHOP sur avenue du Centre no 40 en Ville de Butembo, Mme Annie Bunting a eu des échanges fructueux avec le staff du GADHOP en vue de comprendre le contexte qui favorise les violations des droits humains dans la région, spécialement les mariages forcés, qui selon les rapports de monitoring des violations des droits humains publiés par le réseau GADHOP sont encore une partie importante des violences sexuelles dans la région, pour notamment des raisons de persistances de la situation de non paix dans la région.

Le réseau GADHOP peut alors se réjouir que la visite de Mme Annie Bunting dans le cadre du projet de recherche sur l’esclavage, le mariage et les masculinités, est un pas vers le durcissement de la pression sur les auteurs de ces crimes afin d’en venir au bout. « Le travail est délicat, encore que les mariages forcés tendent d’être en quelque sorte institutionnalisés dans les zones où les groupes armés opèrent depuis près de 20 ans au point que certaines femmes ne savent plus qu’il est possible de se marier librement », a déploré Mme Yolande KALUNGERO LUSENGE, animatrice Genre, Droits de la Femme et de l’Enfant au GADHOP. Toute fois, le réseau GADHOP peut garder de l’espoir que l’intérêt de ce partenaire canadien sur la questions des droits humains en RDC est une preuve que la voix souvent lancées par le GADHOP sur les violations des droits humains fait large écho et que le feu va bruler haut pour mettre contre le mur, les auteurs des violations des droits humains, au grand bonheur des victimes et de toutes les communautés.

Deogratias K. SIKU

Animateur Communication, Droits Humains et Bonne Gouvernance GADHOP

SUR LE MEME SUJET

   

Financé par WHH, le projet d’Amélioration de la situation socio économique, psychologique et médicale des victimes des violences sexuelles au Lire plus

Share
Share
Aller à la barre d’outils