Le bulletin hebdomadaire de la FJDF revient aux engins explosifs retrouvés à Butembo et ses environs

Share

0. Introduction

Pour matérialiser la mission qu’elle s’est déjà assignée, celle de la promotion, protection et défense des droits de la femme et de l’enfant, l’organisation Juristes pour les Droits de la Femme et de l’Enfant, FJDF en sigle réalise plusieurs activités dans son rayon d’action qu’est la partie nord de la province du Nord-Kivu.

Son siège social se trouve au n°70, Avenue de l’Eglise  Quartier Lumumba, Commune KIMEMI, en Ville de Butembo, Province du Nord-Kivu. Elle a aussi d’autres bureaux relais à Vulambo/Isale, Lubero, Kipese et Njiapanda/Mangurejipa.

Les différentes activités de la FJDF sont produites à travers les sensibilisations, accompagnements juridiques et judiciaires ainsi que les plaidoyers.

Ainsi, le présent bulletin rapporte  sur les activités de la semaine allant du 13 au 19 Janvier 2020.

  1. Contexte opérationnel

La FJDF a mené ses activités dans un contexte un peu complexe dans sa zone d’intervention. La zone étant en proie de l’insécurité, malgré l’accalmie observée, la population est actuellement exposée au danger des engins explosifs qui sont largués par-ci et par-là par des inconnus. Les enfants, les femmes et les jeunes sont victimes de ces explosifs ainsi, après Muhangi et Nduko, un autre engin a été découvert en date du 17 janvier au quartier Kitulu mais celui-ci n’a pas explosé. Ainsi pour prévenir ce danger les autorités ont lancé l’appel à la vigilance et ont demandé à la population d’alerter en cas de découverte. C’est dans    cadre que le commandant de la police en ville de Butembo a organisé une séance de sensibilisat    sur les engins explosifs de guerre à l’intention des différents groupes des jeunes.

Par ailleurs à Njiapanda des échanges des tirs d’armes ont été entendu quand des hommes armés ont assiégé un opérateur économique et exploitant minier  de la place ; ceux-ci auraient emporté une importante somme d’argent et  de l’or. Dans le cadre de la réhabilitation des routes des dessertes agricoles, les travaux ont commencé dans l’axe Butembo-Alimbongo par un attributaire de la place désigné par    gouvernement provincial, la population attend voir les travaux similaires commencés dans l’axe Butembo-Mangurejipa.

Quant à la FJDF, les activités se sont déroulées sans aucun incident mais étant donné que les journées du 16 et du 17 janvier sont officiellement chômées en mémoire des  héros nationaux Laurent Désiré KABILA et Patrice Emery LUMUMBA, la FJDF s’y est conformée.

Signalons que dans la structure de Njiapanda , il y a eu paralysie suite au crépitement des balles des inconnus tel que déjà dit ci haut ; un cas de viol a été signalé à Isale/Bulambo sur une fille par un militaire qui est déjà aux arrêts à l’auditorat militaire et la victime a eu des soins appropriés.

Pour ce qui est des activités avec les partenaires, une réunion de la tripartite (ADDF, FJDF, FEPSI)  a été organisée dans le programme : « Maisons d’Ecoute : Espace pour les Droits à l’intégrité physique, à la sécurité et au bien être des femmes en RDC » pour évaluer les activités du programme déjà réalisées et planifiées les activités restantes jusqu’à fin Février 2020. Dans le programme : réalisé conjointement avec le FEPSI une descente a été effectuée à Butuhe par la chargée de la clinique juridique  pour le suivi et l’identification d’une victime de viol du 3ème âge.

Ainsi les activités ont été réalisées avec l’appui des nos partenaires LLIGA, FDHM, Nous CIM en faveur des femmes et filles victimes des diverses violations. D’où les réalisations suivantes :

III. Des activités réalisées

  1. De la vulgarisation
  2. De la préparation et production des émissions radios

Au courant de la semaine, un regard a été jeté sur les cas qui ont été traités par la FJDF au cours de l’an 2019. De ces cas, « les conflits en union libre» ont été identifiés fréquemment et à travers une émission, la FJDF a fait une analyse quant à ces cas.

Cette analyse a poussé à comprendre les causes de ces conflits, ses effets et afin cadrer le problème sur le plan juridique pour informer et instruire la communauté du rayon d’action   travers les ondes de la Radio Moto et la Radio CETROBbo.

  • Les causes
    • Imitation des autres coutumes : la crainte de l’exagération dans la fixation de la dot ;
    • Négligence de la femme, certains hommes cohabitent avec l’intention d’abandonner dans un temps court ces unions.
    • Exploitation, les femmes sont utilisées comme mains d’œuvre.
  • Les effets
    • Répudiation de la femme ;
    • Abandon des enfants : les enfants deviennent errants et ont tendance à aller où ils se sentent en sécurité, ce qui est un problème délicat quant à la garde des enfants.
  • Orientations juridiques

Dans l’émission, la FJDF a insisté sur l’enregistrement du mariage et des enfants devant l’Officier de l’état civil pour une protection légale des époux et des enfants.

A la Radio du Peuple pour son Education, le thème sur le viol a été décortiqué.

  1. De la production des outils de sensibilisation

La FJDF a mis au point un document décrivant les activités saillantes réalisées au courant du mois de Novembre et Décembre 2019 qu’elle a partagé au partenaire FDHM. Aussi elle a actualisé sa carte postale.

  1. De l’accompagnement juridico-judiciaire
  2. a) De la consultation des cas

6 cas ont été consultés parmi eux 1 cas de demande de rapport médical attestant le viol, 1 cas de pension alimentaire, 1 cas de conflit conjugal, 1 cas de viol et 2 cas de vagabondages d’enfant.

En ce qui concerne le cas de demande de rapport médical attestant le viol, la victime n’ayant pas été identifiée dans le circuit de prise en charge, la FJDF n’a pas été à mesure de lui fournir un acte certifiant le viol. Elle a été orientée dans la structure qui l’avait reçu lors des faits.

Dans le cas de pension alimentaire, la mère qui a la garde de l’enfant veut obtenir une pension alimentaire au compte de son enfant qu’elle a eu avec son concubin. Ainsi, une invitation a été émise à l’égard du père de l’enfant qui est attendu pour un entretien.  

Pour ce qui du cas de conflit conjugal, les parties sont unies coutumièrement depuis 2006. Ils ont acheté une parcelle et une voiture ensemble. Aujourd’hui, elles vivent en séparation ; le mari a dilapidé les biens mobiliers et a mis leur maison en location. La femme veut occuper la maison et être dédommagée. Une invitation a été émise à l’égard du mari qui est attendu pour un entretien.

En ce qui concerne le cas de viol, la victime majeure d’âge aurait été agressée sexuellement par un homme connu et civil. La victime en est sortie avec une grossesse. L’agresseur est en fuite.

  • La victime a donné son consentement pour un accompagne judiciaire elle veut que les informations soient portées à la connaissance des autorités judiciaires : la police a été informée et est à la recherche de l’auteur. La victime a été orientée dans la structure spécialisée de prise en charge selon le protocole de

Maputo.

Pour ce qui est du vagabondage d’enfant, les 2 filles mineures d’âge se sont rendues à la police de protection de l’enfance et de prévention des violences sexuelles après qu’elles aient passé nuit en dehors du toit parental pendant 3 jours.

  • Les enfants et leurs parents ont été informés de la protection sociale de l’enfant selon la loi portant protection de l’enfant. les enfants ont promis changer de comportement pour profiter de la survie et de l’éducation leur assurée par les parents. Les enfants ont été retournées entre les mains des parents.

Après orientations et conseils fournis, 3 dossiers ont été constitués dont 1 de viol, 1 de pension alimentaire et 1 pour conflit conjugal.

  1. b) Du suivi des cas accompagnés
  • Au Parquet près le Tribunal Militaire de Garnison : un dossier de viol sur 2 victimes majeures est en cours d’instruction sous le RMP 1551/KPT/020 et les présumés auteurs sont sous mandat d’arrêt provisoire à la prison centrale. Dans un autre cas, le suivi de l’exécution du mandat d’amener en faveur de deux victimes est en train d’être fait même si les présumés ne sont encore appréhendés.
  • Au Parquet près le Tripaix, la victime de viol a été assistée et le dossier est enregistré sous le RMP 712/CP/MIT.
  • Au parquet près le Tribunal de Grande Instance, la FJDF a fait le suivi de la lettre du service genre, famille et enfant et de la lettre pour la suite réservée aux 30 dossiers de viol en cours d’instruction pré-
  • Au cabinet
  • Un entretien a eu lieu avec la veuve qui vit seule avec ses enfants et un membre de la belle famille est en train de menacer pour déguerpir la veuve et ses enfants de ladite Le frère aîné de la famille a été invité et a préféré que le dossier soit géré en famille. Il a confirmé que la parcelle appartenait au défunt.
  • A l’issu de l’entretien avec la veuve en conflit avec sa belle famille sur la gestion des biens, une correspondance a été adressée au Conseil d’Administration de la coopérative d’épargne et de crédit où le défunt était client pour solliciter la suspension momentanée des opérations de retrait au compte en attendant que le litige opposa la veuve à sa belle famille sur la gestion des biens soit vidé.
  • Une partie à un conflit conjugal est revenue au bureau de la FJDF solliciter un accompagnement judiciaire dans une procédure de divorce.
  1. De la coordination des activités

La coordination a réalisé diverses activités parmi lesquelles nous citons :

  1. De l’accompagnement des services

Dans l’accompagnement des services, 3 rapports ont été déposés et exploité par la coordination. Des directives ont été données quant au contexte des activités réalisées dans le service de la clinique juridique et de la réinsertion économique.

De cet accompagnement, la coordination a récolté les données pour élaboration du rapport 4e trimestre et annuel et a actualisé la carte postale de la FJDF.

  1. De l’accompagnement des acteurs de terrain et suivi des activités Les acteurs de terrain ont été contactés quant au suivi des activités de terrain :
    • Kiriba : l’entretien avec la secrétaire de l’AVEC UMOJA NI NGUVU a porté sur la mise en jour des registres l’AVEC.
    • Bulambo : l’entretien avec la para-juriste a porté sur le démarrage du nouveau cycle de l’AVEC TWANZANE.
    • Njiapanda : l’entretien avec le para juriste a porté sur le suivi de la recommandation sur le remboursement des crédits des membres dans l’AVEC TUYISTINGE.

Un rapport des réalisations des AVEC accompagnées pour les mois d’Octobre et Novembre 2019 a été élaboré.

  1. Des activités avec les partenaires Avec les partenaires, la FJDF a :
  • Participé à l’atelier organisé par Synergie des Femmes contre les Violences Sexuelles de recyclage des Agents Psycho-Sociaux tenu à Goma du 13 au 15 Janvier 2020 ;
  • Préparé et tenu la réunion de la tripartite dans le projet : « Maisons d’Ecoute : Espace pour les Droits à l’intégrité physique, à la sécurité et au bien être des femmes en RDC » ;
  • Exploité les correspondances des partenaires : de FDHM pour participation à la retraite qui se tiendra à Bukavu, SAFDF pour la réunion de Groupe de Travail Protection de l’Enfance ;
  • Fait le suivi des activités de trois comités de protection scolaire de l’Institut Mapendo, Institut Visogho et Institut Mihake) dans le programme : « Maison d’écoute : Espace pour l’intégrité, la sécurité et le bien être des femmes en RDC ».
  • Aussi, une descente de documentation d’un cas de viol a été effectuée dans l’axe Butuhe, la victime ayant été violée par un agresseur inconnu dans le programme : « Renforcement de la stratégie municipale pour la prévention de la Violences Basées sur le Genre et la protection des droits des victimes des violences sexuelles sous une perspective de restitution des droits ».

En définitive, les activités se sont réalisées dans un climat calme et aucun incident n’a été enregistré.

Toutefois, 2 invitations émises n’ont pas été honorées, les concernés n’ayant pas répondu. A cela, les femmes qui ont consulté la FJDF ont continué à faire le suivi de leur dossier et des nouveaux cas ont été identifiés.

Ainsi, la FJDF projette :

  • Faire une publication dans un dossier de meurtre en vue d’un plaidoyer ;
  • Faire le suivi des activités de terrain ;
  • Exploiter les rapports des différents services de la FJDF et des acteurs de terrain ;
  • Élaborer les rapports des différents programmes ;
  • Exploiter les correspondances des différents partenaires ;
  • Participer aux activités de sensibilisation ;
  • Identifier les victimes à réinsérer ;
  • Élaborer le rapport de la coordination, 4e trimestre ;
  • Documenter et analyser les cas des crimes de violences sexuelles comme crimes internationaux ;
  • Élaborer le rapport annuel, exercice 2019
  • Continuer la mise à jour du plan de sécurité ;
  • Mettre à jour le registre d’incidents sécuritaires ;
  • Élaborer une publication des activités des résultats et recommandations obtenues de l’étude de diagnostic: « Maisons d’Ecoute : Espace pour les Droits à l’intégrité physique, à la et au bien être des femmes en RDC » : la coordination de la FJDF et les autres membres de la tripartite ;
  • Préparer et produire les émissions radio ;
  • Participer à la réunion préparatoire de la Journée Internationale de la Femme ;
  • Préparer les dossiers aux différentes instances judiciaires et assister les victimes aux instances ;
  • Faire le suivi des cas aux instances judiciaires et rédiger les actes de procédures ; – Accompagner les différentes Associations Villageoises d’Epargne et de Crédits ; –          Accompagner les comités des protections scolaires et locaux.

Fait à Butembo, le 20/1/2020

Pour la FJDF

La Coordination

Share
Share
Aller à la barre d’outils