De nouveaux affrontements entre les armées rwandaises et Congolaises: que veut le régime de Kigali ?

Share

De nouveaux affrontements entre les armées rwandaises et Congolaises: que veut le régime de Kigali ?

Le 11 et 12 juin 2014, les RDF (Rwandan Defense Forces) se sont de nouveau signalés sur le Territoire Congolais à Nyiragongo contre les prescrits de non-agression de l’Accord-Cadre et de la CIRGL. Le soir d’hier et selon une source discrète sur les fronts, les FARDC auraient pénétré le Rwanda jusqu’à 15 kilomètres à l’intérieur du Territoire Rwandais en réplique à l’exécution, sous leurs yeux par le RDF d’un militaire Congolais enlevé à près de la frontière commune entre le Rwanda et la République Démocratique du Congo. Commencés vers 9 heures, heure locale, les combats se seraient arrêtés vers 17 heures sous la pression de la CIRGL qui exigeait le recul des troupes congolaises.

Au moment où le gouvernement de la RD Congo est en train de s’acquitter correctement de sa tache de désarmement de les FDLR, qu’est-ce qui fâche de nouveau le régime de Kagamé ?

La chance de la paix dans les Grands Lacs serait-elle reléguée aux calendes grecques ?

Incroyable, le régime de Kagamé serait opposé au retour des FDLR. Pourtant, il faut dire que pour une fois c’est la SADEC et RD Congo qui reconnaissent la présomption d’innocence de ces hommes que toute la Communauté internationale a condamné de génocidaires. Pendant plus de 20 ans, une partie du genre humain a été abandonnée dans les forêts de la RD Congo comme des brutes dont même les enfants n’ont pas eu droit à la protection ni de l’Unicef ni du HCR, agences des Nations Unies très présentes en RD Congo.

Au moment où la SADEC et le Gouvernement de la RD Congo les convainquent de désarmement et de retour dans la paix dans leur pays, Kagamé s’y oppose et fait la guerre à la RD Congo. Il faut dire qu’il y a là un indicateur clair du refus de la paix par Kagamé. Pourquoi ce régime de Kigali s’entête-t-il à tourner le dos aux voies de la paix tracées par la CIRGL, la SADEC, l’Union Africaine et les Nations Unies ? Tout le monde devra-t-il se plier à la volonté d’un seul homme si orgueilleux ? Veut-il la disparition pure et simple de ces hommes ? Non, les Hutu sont aussi des humains qu’il faut protéger de toute barbarie, même lorsqu’ils ont cédé à plusieurs reprises à la barbarie au Rwanda et en RD Congo. Le régime mono ethnique de Kagamé a-t-il échappé à la barbarie inhumaine qui a ravagée les peuples dans les Grands Lacs pour se donner carte blanche devant l’histoire ?

Demain, notre progéniture lui demandera des comptes sur les millions de morts en RD Congo par l’instrumentation des populations rwandophones qu’il a tenté d’ameuter pendant plus de dix ans contre le reste des Congolais à la recherche d’un morceau de terre à balkaniser : les folles propositions des M23 dans les négociations de Kampala pour un contrôle de Rutshuru pendant cinq en sont la preuve. Avec un tel homme, la paix n’est pas possible !

La RD Congo et la SADEC doivent prendre leurs responsabilités

Dans l’état actuel des choses, tout peut arriver ; mais les peuples congolais ne toléreraient plus une nouvelle présence des armées rwandaises et ougandaises sur leur sol. Ceci est un appel au Gouvernement Congolais, à la MONUSCO et à la SADEC de nous éviter une nouvelle guerre dans nos rues de Goma, de Bukavu et des autres villes de l’Est de la République Démocratique du Congo.

Joseph Kabila serait-il prêt à se libérer de l’esprit caporal face à Kabarebe et Kagame ?

Non, Son Excellence, vous êtes Président de la République Démocratique du Congo ; oubliez le temps où vous étiez Caporal dans les rangs des hommes de Kabarebe. Ce n’était qu’un passage obligé, Dieu l’a permis, ce n’était donc pas un accident que vous soyez élevé au titre de Président du peuple Congolais. Prenez vos responsabilités, aujourd’hui, pour honorer la nation Congolaise.

S’il faut privilégier des solutions négociées, il faut aussi et surtout protéger les acquis de la paix au Nord Kivu. Non à une solution négociée à nos dépens.

Ainsi fait à Butembo, le 13 juin 2014

Moïse KAMBERE KAYITAMBYA

Défenseur des Droits Humains

 

 

 

 

De nouveaux affrontements entre les armées rwandaises et Congolaises: que veut le régime de Kigali ?

Share

De nouveaux affrontements entre les armées rwandaises et Congolaises: que veut le régime de Kigali ?

Le 11 et 12 juin 2014, les RDF (Rwandan Defense Forces) se sont de nouveau signalés sur le Territoire Congolais à Nyiragongo contre les prescrits de non-agression de l’Accord-Cadre et de la CIRGL. Le soir d’hier et selon une source discrète sur les fronts, les FARDC auraient pénétré le Rwanda jusqu’à 15 kilomètres à l’intérieur du Territoire Rwandais en réplique à l’exécution, sous leurs yeux par le RDF d’un militaire Congolais enlevé à près de la frontière commune entre le Rwanda et la République Démocratique du Congo. Commencés vers 9 heures, heure locale, les combats se seraient arrêtés vers 17 heures sous la pression de la CIRGL qui exigeait le recul des troupes congolaises.

Au moment où le gouvernement de la RD Congo est en train de s’acquitter correctement de sa tache de désarmement de les FDLR, qu’est-ce qui fâche de nouveau le régime de Kagamé ?

La chance de la paix dans les Grands Lacs serait-elle reléguée aux calendes grecques ?

Incroyable, le régime de Kagamé serait opposé au retour des FDLR. Pourtant, il faut dire que pour une fois c’est la SADEC et RD Congo qui reconnaissent la présomption d’innocence de ces hommes que toute la Communauté internationale a condamné de génocidaires. Pendant plus de 20 ans, une partie du genre humain a été abandonnée dans les forêts de la RD Congo comme des brutes dont même les enfants n’ont pas eu droit à la protection ni de l’Unicef ni du HCR, agences des Nations Unies très présentes en RD Congo.

Au moment où la SADEC et le Gouvernement de la RD Congo les convainquent de désarmement et de retour dans la paix dans leur pays, Kagamé s’y oppose et fait la guerre à la RD Congo. Il faut dire qu’il y a là un indicateur clair du refus de la paix par Kagamé. Pourquoi ce régime de Kigali s’entête-t-il à tourner le dos aux voies de la paix tracées par la CIRGL, la SADEC, l’Union Africaine et les Nations Unies ? Tout le monde devra-t-il se plier à la volonté d’un seul homme si orgueilleux ? Veut-il la disparition pure et simple de ces hommes ? Non, les Hutu sont aussi des humains qu’il faut protéger de toute barbarie, même lorsqu’ils ont cédé à plusieurs reprises à la barbarie au Rwanda et en RD Congo. Le régime mono ethnique de Kagamé a-t-il échappé à la barbarie inhumaine qui a ravagée les peuples dans les Grands Lacs pour se donner carte blanche devant l’histoire ?

Demain, notre progéniture lui demandera des comptes sur les millions de morts en RD Congo par l’instrumentation des populations rwandophones qu’il a tenté d’ameuter pendant plus de dix ans contre le reste des Congolais à la recherche d’un morceau de terre à balkaniser : les folles propositions des M23 dans les négociations de Kampala pour un contrôle de Rutshuru pendant cinq en sont la preuve. Avec un tel homme, la paix n’est pas possible !

La RD Congo et la SADEC doivent prendre leurs responsabilités

Dans l’état actuel des choses, tout peut arriver ; mais les peuples congolais ne toléreraient plus une nouvelle présence des armées rwandaises et ougandaises sur leur sol. Ceci est un appel au Gouvernement Congolais, à la MONUSCO et à la SADEC de nous éviter une nouvelle guerre dans nos rues de Goma, de Bukavu et des autres villes de l’Est de la République Démocratique du Congo.

Joseph Kabila serait-il prêt à se libérer de l’esprit caporal face à Kabarebe et Kagame ?

Non, Son Excellence, vous êtes Président de la République Démocratique du Congo ; oubliez le temps où vous étiez Caporal dans les rangs des hommes de Kabarebe. Ce n’était qu’un passage obligé, Dieu l’a permis, ce n’était donc pas un accident que vous soyez élevé au titre de Président du peuple Congolais. Prenez vos responsabilités, aujourd’hui, pour honorer la nation Congolaise.

S’il faut privilégier des solutions négociées, il faut aussi et surtout protéger les acquis de la paix au Nord Kivu. Non à une solution négociée à nos dépens.

Ainsi fait à Butembo, le 13 juin 2014

Moïse KAMBERE KAYITAMBYA

Défenseur des Droits Humains

 

 

Vous aimerez aussi...