Impact de l’activisme des groupes armés en Territoires de Lubero et Beni

  • Des déplacés fuyant les violences intercommunautaires dans le sud Lubero. Photo DeoSIKUGADHOP
    Des déplacés fuyant les violences intercommunautaires dans le sud Lubero. Photo DeoSIKUGADHOP
Share

Cet activisme accru des groupes armés nationaux et étrangers au sud et à l’Ouest en  Territoires de Lubero et Beni, a bloqué les activités économiques et sociales des citoyens. D’une part, il y a des armés, qui soumettent la population à des taxes illégales : par exemple, pour les FDLR il y a une ratio perçue chaque fin de semaine sur chaque famille ; pour NDC ( Nduma Defense of Congo), il y a une taxe perçue moyennant un jeton imposée à la population chaque semaine.

D’autre part, les Forces Armées de la RDC (FARDC), cotonnées dans des villages qui subissent des attaques contre les MaïMaï font par après la population leur champs d’action pour rançonner cette dernière et piller les biens dans des maisons abandonnées par cette même population en fuite. L’exemple des villages Vurondo-Butuhe-Rwahwa où pour traverser d’un village à un autre, il faut payer 1000FC à la barrière des FARDC, installée illégalement sous motif de contrôler le passage des MaïMaï qui se feraient passer comme des civils. Il sied de signaler qu’aux premiers moments des affrontements entre  FARDC  et MaïMaï en Novembre,  le contrôle des tatouages  sur les corps des MaïMaï, s’est transformé au déshabillement systématique de  tout passant en plein air, où les femmes  se sont fort indignées de cette pratique  de mépris et de déshonneur à leur égard. 

Lire tout l'article sur ce lien IMPACTE DE L ACTIVISME DES GROUPES ARMES.doc VF

Vous aimerez aussi...