Journée mondiale de la non-violence, GADHOP appelle les massacreurs de Beni au recoure aux moyens pacifiques s’ils ont des choses à revendiquer

Des militants de la LUCHA manifestent à Beni. Photo droits tiers
Des militants de la LUCHA manifestent à Beni. Photo droits tiers
Share

Des militants de la LUCHA en manifestation contre les massacres de BENI. Crédit photo droits tiers

Des militants de la LUCHA en manifestation contre les massacres de BENI. Crédit photo droits tiers

Le monde a célébré ce 02 octobre 2018 la journée mondiale de la non-violence. Cette journée coïncide pour le Nord Kivu avec le 4ème anniversaire macabre du début des massacres contre la population de Beni à l’Est de la RDC. Depuis 4 ans se vit dans cette zone, une violence sans nom.

Le Groupe d’Associations de Défense des Droits Humains et de Paix assiste tristement depuis 4 ans, comme tous les autres acteurs au massacre en grande échelle de la population par des hommes armés identifiés comme ADF. Depuis 4 ans, la violence dit le dernier mot en territoire et ville de Beni. Ces violences ont eu un effet négatif sur la vie de la population dans la région et une perte de confiance totale de la population aux dirigeants.

Depuis le 02 octobre 2014, près de 5 mille personnes ont été massacrées de manière atroces ou enlevées et sans nouvelles à nos jours dont 5 prêtres catholiques (Voire nos différents rapports sur http://www.gadhop.org/category/accueil/c4-nos-publications/

En cette journée mondiale de la non-violence, le GADHOP appelle les auteurs des massacres à la non- violence.

« La non-violence est un système de revendication qui utilise des moyens non brutaux…et la revendication des droits est reconnue par la Constitution de la RDC » rappelle Monsieur Jérémie Kasereka Kitakya, Secrétaire Permanent du GADHOP dans une déclaration donnée à l’occasion de la Journée mondiale de la Non Violence.

Ecouter la déclaration sur ce lien 

A l’occasion de la Journée Mondiale de la non-violence, nous saluons les actions non violentes réalisées à travers le monde notamment à Beni, où les jeunes ont encore redit par une marche PACIFIQUE, leurs droits à la vie et l’espoir pour un Congo respectueux de la dignité humaine.

Rappelons que cette journée a été instituée par les Nations Unies pour promouvoir des actions et des moyens pacifiques de revendications des droits, une journée qui a ses bases sur les pratiques pacifistes de Mahatma Gandhi.

Lire sur ce lien la résolution des NU sur la non-violence http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/61/271

D KAKULE SIKU. GADHOP COM,DH et BG

Vous aimerez aussi...