LE GADHOP s’indigne des bombardements de la ville de GOMA

Share

GROUPE D’ASSOCIATIONS DE DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME ET DE LA PAIX

Courriel: gadhopbl@yahoo.fr Tel : +243 81 152 11 83

COMMUNIQUE DE PRESSE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DU GADHOP SUR LA SITUATION DE GUERRE AU NORD KIVU

Depuis quelques temps la ville de GOMA est sans cesse bombardée par des hommes sans foi ni loi. Des bombes qui sont en train d’être lancées sur des habitations des civils tuent des innocents et sèment la désolation. Ces bombardements ont débuté avec les affrontements qui ont repris entre les Forces Armées de la RDC et les rebelles du M23. Le Rwanda en a profité pour commencer à lancer des bombes sur des civils, des actions qu’une armée civilisée ne peut se permettre, à moins d’être du lot des armées barbares prêtes à tout pour réaliser des objectifs machiavéliques.

Le Groupe d’Associations de Défense des Droits de l’Homme et de Paix (GADHOP) exprime sa compassion envers la paisible population de la ville de GOMA et est préoccupée par les conséquences humanitaires de la reprise de la guerre en Territoire de NYIRAGONGO en Province du Nord Kivu. Cette situation est source d’un ensemble de violations des droits humains, dont des tueries des civils, des déplacements de la population des milieux où sont concentrés les champs de bataille.

Notre consternation est de constater qu’aucun Etat ne condamne pourtant le Rwanda, actuellement membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, suite à ces bombes qui sont lancées de son territoire pour tuer sciemment des civils alors même que c’est une situation qui a été vécue par le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies lors de son séjour en ville de Goma. Pendant ce temps, certaines agences des Nations Unies évacuent leur personnel de la ville de Goma qui continue à essuyer aussi des tirs d’obus en provenance du champ de bataille au Nord de la ville de Goma. Ces crimes de guerre et contre l’humanité ne doivent pas rester impunis vus qu’ils violent suffisamment le Droit International Humanitaire et surtout qu’ils sont commis à partir d’un pays qui a su tromper la Communauté Internationale en se faisant hisser à la même période au Conseil de Sécurité des Nations Unis comme membre non permanent.

Et comme si cela ne suffisait pas, des bruits des bottes sont entendus dans le District de l’Ituri, en Territoire de MAHAGI, où l’armée ougandaise est accusée une fois de plus d’avoir traversée la frontière pour étendre les velléités expansionnistes qu’ont toujours nourris certains voisins agresseurs de la RDC. La situation des attaques de la population civile en ville de Goma et cette invasion du Territoire de MAHAGI violent les prescrits de l’Accord Cadre signés également par le RWANDA et l’OUGANDA en février dernier à Addis Abéba.

Cette situation ne fait qu’alourdir la souffrance de la population de la République Démocratique du Congo et de la Province du Nord Kivu en particulier qui vit en guerre depuis plusieurs décennies.

Consécutivement à toute cette situation, le GADHOP soutien intégralement les actions de la Société Civile Coordination de la Ville de BENI et appelle toute la Société Civile de la République Démocratique du Congo à se tenir prête à interpeller aussi bien la Communauté Internationale que le Gouvernement de Kinshasa contre toute velléité dans l’action de libération de la nation contre le mouvement de balkanisation qu’animent le Rwanda et l’Ouganda sous le soutien de certaines puissances. Au regard de cette situation, le GADHOP recommande :

 

– A la Communauté Internationale de prendre des mesures fortes à l’encontre des Etats que nous pouvons qualifier de « voyous », notamment le Rwanda et l’Ouganda, qui depuis plus de 20 ans exportent la criminalité et la guerre en RDC ;

– Au gouvernement de la RDC de poursuivre le renforcement de l’Armée Nationale afin de parer à toute éventualité d’agressions externe ;

– De rester éveillée contre toute volonté d’arrêt de la libération du Territoire de Rutshuru et de négociation avec des forces de balkanisation de la RD Congo.

 

Ainsi fait à Butembo, le 02 Septembre 2013

 

Pour le GADHOP

  1. Moïse KAMBERE KAYITAMBYA

           Secrétaire Permanent

Vous aimerez aussi...