Les 10 et 11 octobre 2014: le ras-le-bol des taximen-moto soulève un problème de gouvernance dans la ville de Butembo

Share

Depuis hier après-midi, les taximen moto sont dans la rue contre l’imposition d’une taxe de 2000 FC par la Province du Nord Kivu.  Hier, la ville était paralysée, la Police a fait retentir ces balles et boutiques ont fermées. Depuis ce matin, ce sont toutes les rues qui sont bloquées par des barrières de taximen qui résistent à la Police. Depuis à peu près 10 heures, des balles se font attendre par-ci par-là.

Dans ce climat, les boutiques sont restées fermées et les banques sont prudentes. Il faut rappeler que ce mouvement de résistance n’a pas commencé à Butembo. Tout a commencé à Goma, puis à Beni pour finir par Butembo. A Goma, l’imposition était de 4000FC tandis qu’a Butembo et à Beni, il fallait 2000FC. Avant même de poser la question de la légalité de la taxe, on pourrait se demander pourquoi ce manque d’uniformité ? C’est de la sauvagerie, c’est le signe que la Province du Nord Kivu est mal gouvernée.

La grève des pétroliers et des taximen-auto Butembo – Beni – Kasindi  dans la ville de Butembo

Au même moment que les taximen-moto, ce sont aussi les taximen-auto usagers des routes Butembo – Beni – Kasindi qui viennent de commencer leurs grèves aujourd’hui, emboitant le pas aux pétroliers. Le motif affiché des pétroliers et de ces taximen, le mauvais état de la route Beni-Kasindi et Butembo-Beni.

En République Démocratique du Congo, et beaucoup plus au Nord Kivu et davantage encore dans la ville de Butembo,  les citoyens sont soumis aux taxes depuis 40 ans et n’ont jamais rien reçu en retour de l’Etat Congolais.

Les pétroliers aurait une seconde raison d’entrer en grève: pendant trois mois, ils ont perçu une taxe par eux-mêmes pour financer l’asphaltage du fameux « kilomètre témoin ». Le FONER continue de percevoir la même taxe, et rien de plus n’est fait et par contre le projet d’asphaltage s’est arrêté dans la ville de Butembo et les routes qui ouvrent la ville sur le monde ne sont en piteux état. Dans la ville de Butembo, les rues sont menacées par des érosions et des accidents dus à leur mauvais état ne sont multiples, sans   le moindre souci de l’autorité en place.

La réaction de l’autorité urbaine

A en croire une certaine source, le Maire de ville serait fâché contre les taximen qu’il considère instrumentalisés par certains politiciens. Si cela s’avérait vrai,  pareille position n’est pas de nature à arranger les choses.

Pourtant la solution est claire ! Si le port du casque est nécessaire et obligatoire, les frais imposés pour l’identification sont un vol organisé pour la simple raison qu’il n’est pas normal que la même personne soit identifié trois fois, dans la même profession : un numéro pour la moto, un numéro pour le gilet, un numéro pour le casque. 

NON et NON ; trop, c’est trop !

Ainsi fait à Butembo, le 11 octobre 2014

Moise   KAMBERE KAYITAMBYA

Secrétaire Permanent du GADHOP

October 10 and 11, 2014: taximen of motorcycle raises a problem of governance in the city of Butembo

Since yesterday afternoon, the motorcycle taxis are in the street against the imposition of a tax of 2000 FC by the authority of Province North Kivu.  Yesterday, the city was paralyzed; the Police had terrorized people by bullets and shops closed. Since this morning, it is all streets that are blocked by gates of motorcycle taxis who resist to the Police. Since pretty much 10 hours, bullets noise was listened by here, by there.

In this climate shops remained closed and banks are prudent. It is necessary to recall that this movement of resistance didn't begin at Butembo. All began at Goma, then at Beni to end up at Butembo.  While Goma imposition was 4000FC, the Butembo and Beni imposition tax is 2000FC.  Before even to ask the question of the legality of this tax, one could wonder why this lack of uniformity? It is the savagery; it is the sign that the Province of the North Kivu is governed badly.

The strike of tankers and the auto-taxis of Butembos – Beni – Kasindi in the city of Butembo

At the same moment that the motorcycle taxis, it is also auto-taxis  users of the Butembo-Beni – roads who are just begun their strikes today, fitting together the bad maintenance of the roads

In Democratic Republic of Congo, and a lot more to the North Kivu and in the city of Butembo citizens are submitted more again to taxes since 40 years and never have anything received in return of state Congolese.

Tankers would have a second reason to enter in strike: during three months, they discerned a tax by themselves to finance the asphalt of the famous “witness kilometer ". The continuous FONER to discern the same tax, and anything is not made and on the other hand the project of asphalt stopped in the city of Butembo and roads that open the city on the world are in pitiable state. In the city of Butembo streets are threatened by erosions and accidents owed to their bad state are multiple, without the least worry of the local authority.

The reaction of the urban authority

To believe a certain source, the Mayor of city would be annoyed against taximen that he considers “instrumentalised “ by certain politicians. If it proved to be true, similar position is not likely to arrange things.

Yet the solution is lucid! If the harbor of the helmet is necessary and obligatory, expenses imposed for identification are a flight organized for the simple reason that it is not normal that the same person is identified three times, in the same profession: a number for the motorcycle, a number for the vest, a number for the helmet. 

NO and NO; too much, it is too much!

Butembo, October 11, 2014,

Moïse KAMBERE KAYITAMBYA

Secretary Permanent of the GADHOP

 

 

Vous aimerez aussi...