Nord Kivu : Les audiences des assassins présumés de Mamadou suspendues vendredi, reprennent Lundi 06 octobre

Share

(English version down this one)

Ainsi en a décidé la cour, après avoir auditionné certains prévenus et des éléments clefs dans l’affaire, devant une foule pas prête à lâcher à assister à ce procès décrit par toutes les bouches comme un procès de tous les enjeux.

En ce troisième jour, à la Tribune du 08 mars où se tient le procès, le tribunal a aussi entendu comme renseignant, le Colonel Dieudonné Muhima, alors Commandant Secteur de la Région de Beni. Celui-ci a expliqué s’être rendu dans la zone quelques 20 minutes après le forfait et avoir ordonné à ses éléments de tout faire pour attraper les assaillants, mais sans succès. Au cours de cette même audience de vendredi 03 septembre 2014,  la cour a entendu quelques prévenus dont l’élément ADF Yusia Mbale Hassan. Cependant, vu son âge, présenté comme mineur ou même inconnu, étant donné que le prévenu avait déclaré ne pas connaitre son âge, sa défense a jugé la cour incompétente pour juger un probable mineur, et a exigé un test de l’âge de son client.

Le reste de l’audience a été consacré à la confrontation du Capitaine Moussa Banza, assistant du Général Mamadou, à l’un des gardes du défunt, pour savoir si lors de l’embuscade, le capitaine Moussa avait tenté de défendre son chef. Selon le garde de corps du général, entendu en témoins, le capitaine Moussa Banza n’avait  pas passé trop de temps au lieu de l’attaque. Ce dernier s’est défendu avoir quitté la zone du crime pour amener un détenu à l’hôpital. Un certain Muhindo dont pourtant le nom ne se retrouve pas sur la liste des personnes qui faisaient partie de la délégation du général, une liste présentée par le ministère public illico. Devant cette incompréhension, la cour a décidé de reporter les audiences à lundi prochain. Comme tous les jours depuis le début de ce procès, cette audience s’annonce aussi décisive, une audience où est entendu le médecin qui aurait soigné le blessé dont parle le prévenu Moussa. La population de Ngadi, la zone où s’était commis le crime, sera aussi représentée par des témoins de l’évènement aux audiences de lundi pour dire ce qu’ils avaient vu et entendu.

Deogratias KAKULE SIKU

Coordonateur Communication, Droits Humains et Bonne Gouvernance GADHOP

North Kivu: Audiences of assassins presumed of Mamadou suspended Friday, are going to restart Monday 06 October 

 

This is how the court decided, after having auditioned some prejudiced and the keys elements in the case, before a crowd not ready to set free to attend this lawsuit described by all mouths like a lawsuit of all stakes.  

During this third day, to the Tribune of 08 March, where the lawsuit is held, the court also heard then like informer, the Colonel Dieudonné Muhima, then command of Sector of the Region of Beni. This one explained to have surrendered in the zone a few 20 minutes after the forfeit and to have ordered to his elements to make all to catch attackers, but without success. During this same audience of Friday 03 September 2014, the court also heard some accused of which the ADF element Yusia Mbale Hassan. However, due to his age, presented like minor or unknown age, since the accused had declared not to know his age, his defense judged the court incompetent to judge a likely minor, and required a test of his customer's age. 

The remainder of the audience has been dedicated to the Captain's confrontation Moussa Banza, the General Mamadou assistant, to one of guards of the deceased, wanting to know if at that time of the ambush, the captain Moussa had tempted to defend his chief or no. According to the Mamadou body guard, heard as witnesses, the captain Moussa Banza had not passed too many times instead of the attack. This last is forbidden to have left the zone of the crime to bring a convict to the hospital. A certain Muhindo, whose name isn’t yet on the list of people that was part of the general's delegation, a list presented at once by the public ministry. Before this incomprehension, the court decided to postpone audiences to next Monday. As since the beginning of this lawsuit, this audience announces himself every day as decisive, an audience where the doctor who would have taken care of the injured of which speaks the accused Moussa is wanted. The population of Ngadi, the zone where was committed the crime, will also be represented to audiences of Monday by witnesses of the event, to say what they had seen and heard. 

DEOGRATIAS KAKULE SIKU 

GADHOP Communication, Human Rights and Good Governance Coordinator

 

 

Vous aimerez aussi...