Nord Kivu, des cas de suicides en hausse en ville et dans les campagnes

Share

En l’espace de deux jours, l’on a connue 4 cas de morts inexpliquées dont deux suicides en ville de Butembo et Territoire de Beni.

Dimanche 27 avril 2014, un homme âgé d’une cinquantaine d’années a été retrouvé mort dans sa chambre, au numéro 38 de la cellule Vuhika, Qr Katwa. Kakule Muhindo Jules César, s’était pendu entre 5 heures 30 et 6h heures locales, le temps que son épouse venait de quitter le toit conjugal pour payer une visite à des malades à l’Hôpital Général de Katwa, situé à environs 3 km du lieu du drame. C’est ébahie qu’en rentrant à la maison, madame a retrouvée la mort ayant élu domicile sous son toit. Des circonstances et des causes de ce cas de suicide, l’on a pensé à une dépression mentale causée par une longue maladie du défunt. Monsieur Kakule Muhindo Jules César, soufrait depuis 5 ans d’un diabète aigue. Ses proches témoignent que monsieur ne cessait de se plaindre de son état sanitaire et évoquait par moment une thèse de suicide. Monsieur a été mis en terre le même dimanche sous forte émotion.

Cependant le lundi 28 avril, c’est la localité périphérique de Butembo, Mahigha à quelques 15 km près au Sud Est de Butembo près de Kyondo qu’un autre cas a été noté. Selon la source, l’homme s’est pendu la mi journée au moment où tout le monde venait de quitter le village ; les jeunes, à l’école et les adultes aux champs. Ce célibataire âgé d’une trentaine d’année s’est pendu dans un avocatier d’un voisin. Son corps a été enlevé du lieu de drame vers 2Oheures et a été mis en terre mardi 29 avril 2014. Les causes de son suicide ne sont pas encore connues.

Par ailleurs en ville de Butembo dimanche 27 avril 2014, un homme d’une quarantaine d’années a été retrouvé mort dans sa chambre. Cette découverte macabre a été opérée par la fille de l’infortunée au moment où sa mère était absente depuis quelques jours. Elle était allée compatir avec sa famille élargie pour un cas de décès connu en famille. Le défunt ; Monsieur Muhindo Katungo était un enseignant à l’Institut Makerere.

Et comme si cela ne suffisait pas, mardi 29 avril 2014, un autre corps sans vie a été découvert sur avenue de l’Eglise au Qr Centre Commercial en Commune Kimemi. Me KAHINDO, une malade mentale bien connue dans les rues de Butembo, c’est elle. Ancienne épouse d’un militaire des Forces Armées Zaïroises, elle aurait succombé d’une crise d’épilepsie contractée depuis plusieurs années que son époux l’avait abandonné. Le corps de cette habitante de Kinyatsi sur route Butembo-Ngeleza vers Kyondo a été conduit à la morgue de Matanda avant que sa famille vienne récupérer le corps de sa fille et mère.

Les autorités municipales de Kimemi pensent que si les familles qui ont des malades mentales en prennent soin, l’on peu diminuer des cas de décès de ce genre. Pourtant l’Etat a aussi la responsabilité de construire de maisons pour malades mentaux, qu’on appelle des lazarets.

La mort de pauvre KAHINDO sur avenue de l’Eglise au Centre Commercial de Butembo intervient à seulement quelques semaines après la découverte du corps de SOKI sur avenue Ruwenzori dans le Quartier voisin de Lumumba en Commune Kimemi. Comme ce décès, les vraies causes ne sont pas connues, amis l’on pense probablement à une maladie qui aurait surpris l’infortuné au lieu de son habitat habituel.

 

Ces cas de décès peu ordinaires soulèvent la question de la sécurité sociale et de l’espérance de vie dans nos milieux où la précarité est prête à tout donner et arracher des vies des nos ménages.

Deogratias KAKULE SIKU

Animateur Communication Droits Humains et Bonne Gouvernance

Vous aimerez aussi...